Massage détente ou soin ?

Dans un massage Shiatsu, il n’y a pas de réelle frontière entre la simple détente et la dimension thérapeutique.

La capacité à induire chez le patient une sensation de bien-être général, de calme intérieur, de lucidité et de présence à soi, la libération de tensions et d’émotions enfouies dans l’inconscient, donne au Shiatsu sa dimension thérapeutique préventive.

Si l’énergie circule bien, le corps saura se défendre par lui-même.

Lorsque s’installent les symptômes de la maladie, le diagnostic permet au thérapeute d’orienter  son massage vers des effets thérapeutique spécifiques.

Le massage peut alors viser :

  • une amélioration de l’irrigation sanguine,
  • l’accélération de la circulation lymphatique
  • la détente tendino-musculaire, l’alignement vertébral, la mobilité articulaire et souplesse corporelle,
  • l’accroissement de la ventilation pulmonaire,
  • la régulation de l’appétit et des fonctions digestives,
  • la stimulation du système neuro-végétatif et des défenses naturelles,
  • la régulation des mécanismes de sécrétion hormonale et des fonctions du métabolisme (prise ou perte de poids).

Qu’il s’agisse de détente ou de thérapeutique, le Shiatsu permet à l’organisme de retrouver toutes ses facultés d’adaptation à l’environnement.

Lorsqu’une action thérapeutique plus intense doit être menée, le thérapeute peut être conduit à proposer au patient la pose d’aiguilles d’acupuncture, susceptibles d’améliorer la circulation de son énergie.

Il en va de même pour l’application de moxas, constitués d’une plante, l’armoise (Artemisia argyi ou vlugaris), broyée finement, et déposée sur la peau en cônes placés sur une rondelle de gingembre, en bâtonnets ou en pastilles adhésives, que l’on allume près de la peau pour chauffer les points d’acupuncture.

Le patient est, bien sûr, libre d’accepter ou pas ces modes de traitement.